Le Café oui, mais comment ?

Bonjour mes petits Bushis ! Je vous retrouve aujourd’hui pour le second article du Blog BushiTalk !

Je pense que nombre d’entre vous ne se pose pas la question de savoir comment ce divin breuvage aux allures ébènes se retrouve face à nos yeux peinant à s’ouvrir chaque matin.

Et surtout comment la douce odeur mielleuse, qui suffit généralement à nous dépêcher de porter à nos lèvres encore fatiguées la brûlante décoction tendrement préparée avec un rituel précis.

Et bien pour éclairer quelque peu votre lanterne et vous montrer qu’il n’y aurait pas cette cérémonie dès l’aube si les rites ancestraux d’autres

Dans un premier temps, Nous avons les planteurs. Dignes jardiniers experts en caféiers, amoureux de leur produit et généralement détenteurs des terres sur lesquelles ils vivent, ces personnes sont l’équivalent de propriétaires de château. Il choisissent, grâce a leurs connaissances du terrain et de la géographie, une zone de plusieurs hectares, où et comment planter le caféier pour lui permettre, au vue de ces caractéristiques particulières, de se développer au mieux.

Mais une fois planté, le caféier met entre 3 et 4 ans à pouvoir développer des fruits que l’ont appelle « cerise », qui contiennent les précieux grains que l’on apprécie tant.

Une fois le soleil, le climat humide, les soins apportés à l’arbre, les fleurs tombées au gré des vents… L’heure de la récolte des fruits est arrivée. La période de récolte est variable en fonction des pays producteurs, de leur climat et de l’altitude de la plantation. Elle est fait, pour le café de spécialité, à la main, ou « picking » et prends entre deux et 4 mois pour faire en sorte de regrouper les plus de cerises mûres sans en oublier. C’est un travail long et fastidieux, qui permet à des familles entières de pouvoir travailler et vivre durant cette période de l’année.

 

 

Une fois récolter le café va ensuite être transformer. Comme pour la vigne, jusqu’ici, tout est presque identique pour un produit différent. Et comme pour le raison et ses méthodes de vinification, il y a des méthodes de préparation du café pour qu’il passe de la cerise de caféier au « grain vert ».

Il existe deux axes principaux de transformations de la cerise avec des typicités propres à chacune ainsi que des dérivés. La phase de transformation est celle qui permet au producteur de révéler le terroir de son café. La cerise de café, gorgée de sucre et de rayons du soleil, puisant ses ressources dans la terre, a besoin, pour pouvoir s’exprimer dans votre tasse, de se séparer de son grain, si précieux à nos yeux.

La voie humide apporter un résultat en tasse très net avec une vivacité arômatique importante. C’est un méthode qui nécessite une station de lavage et la possibilité de sécher le grain de café au soleil.

La voie sèche est plus simple a réaliser, mais demande une survillance constante sur la régularité du sèchage, ainsi qu’un brassage constant des grain sur lit à l’africaine. Un café par voie sèche est dit « nature » et apporte une grande sucrosité sauvage dans la tasse.

Une fois transformé, le café est ensuite trié, mis en sac et généralement envoyé à un importateur de café. Le rôle des importateur/exportateur est important dans la perception dque nous avons du café. C’est lui qui décide à qui vendre le café venu des plantations. La tendance actuelle invite au suivi des producteurs. Des personnes travaillant pour l’importateur se rendent dans les pays de production afin de trouver de nouveau crus et surtout d’apporter un savoir faire adapté aux plantations.

Bon… On a notre café maintenant ! Mais il est encore vert. Comme un légume pas cuit mais qui à l’air tout de même très bon ! Il faut donc le torréfier. La torréfaction c’est la cuisson du grain vert dans un torréfacteur afin de le rendre consommable en boisson. C’est un élément clé de votre tasse, car c’est le moment ou tout le travail effectué en amont va prendre sont sens. La personne qui torréfie est un expert en café qui connait les origines de ces crus, leur variété et leur typicité. Il va adapter sa cuisson aux différents types de grains pour révéler le travail du planteur.

Enfin, nous avons la personne qui va préparer le grain de café en boisson : le barista. C’est celui qui travaille de pair avec le torréfacteur et qui va vous permettre de déguster votre café le matin au réveil. Oui, vous êtes plus ou moins tous des baristas. Mais connaissez vous toutes les méthodes de préparation du café ? Les différents crus ? Les variétés ? Les pays Producteur ? Le barista est aussi là pou vous guider et échanger avec vous sur le café. Un barman, plutôt sympathique aux flaveurs caféinées.

En attendant, je m’en retourne à mes cafés. J’espère que cet article vous aura plus. Et surtout n’oubliez pas. Derrière chaque café, c’est toute une communauté qui a travaillé ! Alors n’hésitez pas, poser des questions en buvant ce breuvage doux amère qui vous éveillera physiquement et spirituellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *